KEMIT ECOLOGY : quand les ordures ménagères deviennent du charbon écologique

A la faveur de la situation quelque peu délétère que vivent les jeunes au Cameroun, il faut avouer que beaucoup parmi eux se distinguent de fort belle manière par leur créativité. Dans le milieu universitaire par exemple, qu’on soit des étudiants généralistes ou en études professionnelles, il va désormais de soi que les jeunes osent et pétillent d’ambitions. En parlant de jeunes étudiants camerounais qui osent, en voici des références palpables. Ernest BENELESSE et ses trois amis, tous 4 étudiants à l’université de Douala au Cameroun, sont depuis 2014, propriétaires d’une petite entreprise dont les activités sont connues de plusieurs personnes. L’entreprise en question s’appelle KEMIT ECOLOGY et son leit motiv c’est la transformation des ordures ménagères en charbon écologique.

 

Une à deux fois par semaine, CEDRIC GANTCHA, le collecteur de déchets, sillonne les marchés et ruelles de la ville de Douala à la recherche de la matière première qui leur permettra de révolutionner le monde. Dans plusieurs marchés de la ville à l’instar du marché de New-Bell, les commerçants ne se débarrassent  plus des déchets. Ici, feuilles de maïs et autres végétaux sont une véritable mine d’or.

 « Nous avons des endroits stratégiques où nous collectons les ordures ménagères. Par exemple nous allons au marché Ndokoti lorsque nous voulons des peaux de bananes. Nous avons le marché Missoke et le carrefour Agip pour les rotins. Nous avons le marché de New-Bell pour le marché des cannes à sucre. Nous avons le marché central pour les feuilles de maïs et nous avons les ménages où nous marchons sur rendez-vous pour ramasser les ordures. »

C’est au quartier New Priso, un quartier populaire de la ville, que KEMIT ECOLOGY a créé sa petite unité de production. C’est ici que toute la magie s’opère. Les ordures sont étalées et séchées au soleil, les plus dures sont découpées en petits morceaux avant d’être mises dans un séchoir. Une fois les déchets séchés, ils sont remis ensemble dans un four de carbonisation. La poudre noire de charbon qui en sort est conditionnée dans un compacteur. Après une dizaine de minutes, apparaissent des briques homogènes de charbon écologique.

KEMIT ECOLOGY ne cache pas ses ambitions à court, à moyen et à long terme. Son véritable objectif, c’est de protéger la forêt de mangrove, notamment celle qui protège les berges du fleuve Wouri à douala, en l’épargnant des coupes sauvages des arbustes par les riverains. Ceci lui a d’ailleurs valu plusieurs récompenses locales et continentales.

 « KEMIT a déjà remporté deux prix. Le premier ce fut en février 2016 lors d’une cérémonie organisée par le GICAM (le groupement inter patronal du Cameroun). Les votes se faisaient en ligne et nous avons été lauréats devant l’inventeur du Cardiopad. Le deuxième prix c’était lors de la rCOP 22 au Maroc où nous avons reçu le prix « entrepreneurs jeunes verts ». »

KEMI ECOLOGIE ne bénéficie pas encore pleinement des retombées de cette idée novatrice. Pour le moment un kilogramme de son charbon écologique ne coute que 500 FCFA, et sa production, se situe à environ 5 tonnes par mois. Plusieurs ménagères, principalement dans la ville de Douala commencent à s’habituer  à ce charbon écologique, qui pour elles a des avantages incommensurables.

 KEMIT ECOLOGY est le pionnier dans le domaine au Cameroun, mais connait encore beaucoup de difficultés.

 « KEMIT ECOLOGY compte aujourd’hui 7 ouvriers et nous travaillons de 8h à 17h, avec une pause entre 13h et 14h. La principale difficulté que nous avons est  financière. 80 pourcent de la population consomment près de 240.000 tonnes de charbon par an et nous ne sommes pas encore en mesure de le produire, voilà pourquoi nous avons besoin des équipements lourds. Il faut que nous passions à une production industrielle et cela nécessite des moyens conséquents. Enfin, il nous faut  l’équipement adéquat pour une production optimale. »

Tout compte fait, c’est un projet novateur qui reçoit un petit accompagnement de l’Etat, notamment du ministère de la recherche scientifique et qui pourrait servir d’exemple à plusieurs nations. Pour ces jeunes, si les Etats s’engagent sur la voie de la production du charbon écologique à grande échelle, ils pourraient créer des emplois en même temps qu’ils en profiteront pour protéger nos forêts sans cesse en danger.

Paola NADYANE

One thought on “KEMIT ECOLOGY : quand les ordures ménagères deviennent du charbon écologique

  • 4 March 2019 at 22 h 16 min
    Permalink

    c’est très louable une telle initiative nous espérons juste qu’il pourra développer ce marche la

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *