FIFPRO: la santé des joueurs au Gabon doit être protégée

La FIFPro est profondément préoccupée par la qualité des soins médicaux auxquels ont accès les footballeurs au Gabon, un septième footballeur professionnel ayant perdu la vie en 12 ans.

Hermann Tsinga s’est effondré durant un match pour FC Akanda la semaine dernière, l’ambulance et son équipe ne sont arrivées qu’au bout de quelques minutes, il n’y avait aucun défibrillateur pour le réanimer ni aucune assistance respiratoire si l’on en croit les rapports.

Le syndicat des joueurs du Gabon (ANFPG) a demandé à plusieurs reprises à la ligue d’introduire entre autres des contrôles médicaux obligatoires pour les joueurs, et de veiller à la présence d’un médecin et de défibrillateurs pour tous les matchs.

Mais ces demandes – formulées récemment, dès le début de cette saison – n’ont pas été entendues, affirme Remy Ebanega, président du syndicat.

« Rien de plus précieux que la vie, il est essentiel de la protéger », dit Ebanega. « La mort de Hermann Tsinga aurait certainement pu être évitée si nos mises en garde avaient été prises en considération.

Sa disparition confirme que la santé et la sécurité des joueurs ne sont pas prioritaires pour les clubs, la ligue et les autres acteurs du football dans notre pays. »

La FIFPro contactera la Confédération africaine de football (CAF) pour qu’il soit bien clair que le Gabon ne se conforme pas aux instructions de la FIFA sur la santé des joueurs.

« Il sera intéressant d’entendre ce que le comité médical de la CAF a à dire sur la situation au Gabon », déclare Stéphane Burchkalter, Secrétaire général de la FIFPro Afrique.

« Toutes les parties prenantes du football africain doivent insister auprès des autorités du football gabonaises sur la nécessité de promulguer et de maintenir une réglementation médicale appropriée réellement bénéfique pour la santé et les conditions de travail des joueurs. »

Les footballeurs gabonais sont les plus mal soignés dans le monde du football : Le rapport mondial sur l’emploi de la FIFPro 2016 a révélé que 66 % des joueurs au Gabon étaient mécontents de leur assistance médicale.

Initiatis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *