ASSEMBLÉES ANNUELLES 2019 DE LA BAD A MALABO: L’intégration régionale de l’Afrique au cœur des débats

Les Assemblées annuelles 2019 de la Banque africaine de développement se tiennent du 11 au 14 juin 2019 ici au centre de conférences de Sipopo à Malabo, en République de Guinée équatoriale avec pour thème: intégration régionale pour la prospérité économique en Afrique.


Plus 3 000 participants sont déjà dans le pays et sont pour la plupart des ministres des finances, gouverneurs de banque centrale, décideurs, organisations de la société civile, dirigeants d’organisation internationale et capitaines d’industrie des 80 États membres du Groupe de la Banque.
Le thème retenu cette année pour ces Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement porte sur « l’Intégration régionale pour la prospérité économique de l’Afrique », l’un des cinq domaines d’intervention prioritaires de la BAD.


En prélude à ce grand évènement, la BAD a donné une conférence de presse au cours de laquelle les hommes de médias venus des quatre coins du globe étaient présents. Lors de cet échange le président de la BAD le Dr Akinumwi Adesina a tenu à relever que le développement de l’Afrique ne pourra pas se faire sans cette intégration africaine et est revenu sur les 5 priorités de la BAD que sont Éclairer l’Afrique, Nourrir l’Afrique, Industrialiser l’Afrique, Intégrer l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations africaines.

Des objectifs qui s’ils sont atteints, donneront la possibilité à l’Afrique de parachever définitivement son développement.
Le président de la Banque africaine de développement s’est montré fermement convaincue que la consolidation des liens entre les pays africains est essentiel à la transformation économique de l’Afrique.

« Si l’intégration se passe bien, l’Afrique va se développer dans la dignité et la confiance », a déclaré, lundi 10 juin en conférence de presse, le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, à la veille de l’ouverture des Assemblées annuelles 2019 de la Banque à Malabo, en Guinée équatoriale.

Répondant aux questions de journalistes panafricains et internationaux, Monsieur Adesina a affirmé que la Banque a investi environ un milliard de dollars pour soutenir plusieurs  initiatives, y compris des infrastructures transfrontalières, pour faire progresser les échanges commerciaux
entre les pays africains. Ces investissements ont été faits, pour la plupart, aux petites et moyennes entreprises, moteur de la croissance économique.

Le ministre de l’économie et de la planification de la Guinée Équatoriale, César Augusto MBA ABOGO était aussi de la partie et s’est longuement appesanti sur l’expérience de son pays en terme de développement d’autant plus que et c’est lui même qui le dit, il n’y avait pas meilleur endroit que la G.E cette année pour accueillir ces assemblées annuelles. Notons que le pays vient d’être reconnu par la Bad comme l’un des pays africains les plus développés.

Rappelons que la BAD est le principal bailleur de fonds du continent en matière d’infrastructures et elle se concentre sur les stratégies de connectivité régionale, non seulement en investissant dans des infrastructures, mais également en élaborant et en appliquant des politiques cohérentes à même d’ouvrir les frontières.

Voilà pourquoi les principaux intervenants à cette conférence de presse ont précisé qu’avec un milliard d’habitants, l’Afrique a un PIB combiné de plus de 3 400 milliards de dollars. selon le président de la BAD, un tel marché pourrait créer d’énormes opportunités pour les producteurs du continent.
Cependant, pour y arriver, indique le ministre équato-guinéen César MBA ABOGO, il faut absolument que les gouvernements africains et les communautés économiques régionales puissent coopérer dans le but de faciliter le transfert transfrontalier des biens, des services, des personnes, de l’argent, de l’énergie et du savoir.


“Si nous réussissons notre intégration, l’Afrique sera plus compétitive et pourra créer un nombre très important d’emplois” (Adesina)


Les objectifs de ces autres assemblées annuelles sont dont clairs: faire de l’Afrique un exemple de développement par excellence dans le monde, ceci à travers l’intégration inclusive africaine, la diversification de l’économie et la capitalisation du potentiel africain dans tous les secteurs.

INITIATIS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *